Collectif Schizophrénies
Nous contactericon mail


Il s’agit d’une nouvelle approche pour favoriser le rétablissement des personnes atteintes de troubles psychiques. Elle propose des réponses pour des patients dont la maladie affecte leurs rapports avec les autres et leur autonomie sociale.

Des réseaux en construction

Des centres référents qui ont la responsabilité de déployer la réhabilitation psychosociale sur de grands territoires de santé ont été créés dans plusieurs régions à l'initiative du Pr Nicolas Franck qui raconte : "Les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle Aquitaine sont couvertes. Ces centres sont destinés à toutes les personnes ayant des troubles mentaux sévères. L’objectif est de prévenir l’installation du handicap psychique. La principale nouveauté consiste à se centrer sur la partie saine plutôt que sur la partie malade de la personne, à chercher à la renforcer et à prendre en compte la dimension cognitive.
Les centres référents accompagnent le développement de centres de réhabilitation de proximité. Ceux-ci renvoient vers les centres référents les cas les plus compliqués et ceux qui nécessitent les actions les plus spécifiques. L’ensemble est coordonné par un centre ressource situé à Lyon. Chaque centre référent est autonome sur son territoire. Il établit des liens avec les autres structures de soin, les associations, ainsi qu’avec les dispositifs médico-sociaux et sociaux… parce que le but ultime de la réhabilitation psychosociale est de favoriser l’inclusion, de permettre aux gens de réussir leur vie."

La différence essentielle avec les soins en psychiatrie est que les priorités ne sont pas les mêmes. Le soin en hôpital va s’intéresser à l’observation des symptômes. La réhabilitation s’intéresse davantage à la vie quotidienne et à l’ensemble des blocages pour s’intégrer dans la société : se déplacer, pouvoir gérer son argent, faire ses courses…

La personne atteinte de schizophrénie ne pourra pas faire cela seule. Avec les outils de réhabilitation, elle va pouvoir retrouver une partie plus ou moins grande de ses habiletés sociales. En étant acteur de sa prise en charge, le patient peut espérer un rétablissement plus rapide et durable.

La réhabilitation est un changement de regard, centré sur la notion de rétablissement. Les intervenants -psychiatres, travailleurs sociaux, infirmières, psychologues…- se focalisent sur les chemins à parcourir, les progrès qu’ils évaluent et la prévention des moments de crise.

La parole du patient est importante

Romain Pommier, psychiatre au centre Réha-Lise (ex RéhaCOOR 42) met l’accent sur une écoute attentive de tous les patients atteints de schizophrénie.

Capture romain pommier

L’accompagnement

Le psychiatre Romain Pommier insiste sur l’importance d’avoir un regard bienveillant sur les personnes.

Capture romain pommier 2


Des structures accueillent les patients durant la journée en allant au-delà du soin par les médicaments.

Elles les accompagnent sur leur projet en mobilisant un réseau d'associations et différents acteurs du monde médico-social, de la psychiatrie, du logement et de la réinsertion professionnelle.


Réha-Lise (ex RehaCOOR 42) est le centre référent de réhabilitation psychosociale et de remédiation cognitive de Saint-Étienne. Il se compose de deux pôles :
- un pôle sanitaire dont l'objectif est de renforcer les compétences psychosociales des personnes, de les intégrer dans la cité et de lutter contre la stigmatisation et les idées reçues.
- un pôle social et médico-social dont l'ojectif est de mettre en réseau les associations et structures qui peuvent intérevenir dans le parcours du malade.
Pour sa deuxième année d'existence, Réha-Lise a accueilli entre 100 et 120 personnes en 2016.

Pourquoi la réhabilitation psycho-sociale est utile

Yann Boulon, responsable du centre Réha-Lise (ex RéhaCOOR 42), à Saint-Etienne, décrit la collaboration entre les acteurs des soins et de la réinsertion pour faire avancer le patient dans ses projets.

Capture Yann Boulon

« Nos travaillons avec 12 associations pour réinsérer les patients »

Danielle Linossier, coordinatrice à Réha-Lise (ex RéhaCOOR 42), explique quels sont les besoins des personnes accueillies au centre et comment s’articulent le projet de soins et de vie. Elle détaille comment les différents acteurs du réseau.

Capture Danielle Linossier

Où s'adresser ?

Etablissements publics

CR3P à Paris (Centre Ressources Réhabilitation psychosociale Remédiation cognitive).
http://c3rp.fr/

CL3R à Lyon (Centre référent lyonnais en réhabilitation et en remédiation cognitive).
http://www.centre-ressource-rehabilitation.org/cl3r

Réha-Lise (ex RehaCOOR 42 à Saint-Etienne (Centre référent de réhabilitation psychosociale et de remédiation cognitive).
http://www.centre-ressource-rehabilitation.org/rehacoor42

C3R à Grenoble (Centre référent de réhabilitation psychosociale et de remédiation cognitive).
http://www.centre-ressource-rehabilitation.org/c3r

Associations

Solidarité Réhabilitation à Marseille
Solidarité Réhabilitation est une association présidée par le Professeur Christophe Lançon, chef de service psychiatrie à l’AP-HM hôpitaux Sud.
Son siège social est à l’hôpital Sainte Marguerite.
Adresse : 7, rue Esquiros, 13010 Marseille.
http://www.solidarite-rehabilitation.org

Espoir 54 en Meurthe-et-Moselle
Association reconnue d’intérêt général qui œuvre depuis 1998 afin de permettre à la personne en situation de handicap psychique de retrouver sa place dans la cité.
Adresse : 28 bis rue du Colonel Courtot de Cissey – 54000 NANCY
Tél. : 03 83 55 00 00
E-mail :
http://www.espoir54.org/spip.php?article66

Etablissement de santé privé d’intérêt collectif


Centre de réadaptation psychosociale La Tour de Gassies, en Aquitaine.
http://www.ugecamaq.fr/etablissements/crps-centre-de-la-tour-de-gassies

Liens utiles  shizo oui promesses schizo jeuns schizo espoir solidarite rehabilitation shiz ozent lilot