Restez informé de notre actualité >>
captcha 
Collectif Schizophrénies
Nous contactericon mail

L'aide à l'emploi

image aide emploi

Il existe un très grand nombre de textes, de dispositifs et d’organismes pour favoriser l'emploi des personnes handicapées en France, qui sont d’une efficacité très relative et ne sont souvent que très partiellement adaptés aux personnes souffrant de troubles psychiques.

Pourtant, l’insertion professionnelle des personnes souffrant de schizophrénie est aujourd’hui un thème de recherche majeur au niveau international où les études montrent que non seulement une activité professionnelle en milieu ordinaire est possible, mais aussi qu’elle constitue un moyen privilégié de rétablissement.

Si vous souhaitez travailler, il existe des aides générales mais aussi, même s'ils sont encore peu connus et accessibles, des dispositifs spécifiques susceptibles de vous aider à trouver un emploi et à vous y maintenir. 

Les dispositifs généraux

Vignette Travail handicap CNSAPour faciliter le recours aux aides, la CNSA a édité cette fiche pratique : "Vous êtes handicapé : comment pouvez-vous être aidé pour trouver un travail ? "


Demander la "reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé" (RQTH) auprès de la MDPH.

C'est parfois une difficulté car un certain nombre de personnes ne souhaitent pas se voir elles-mêmes ou se voir désignées comme "handicapées", mais le fait est que cette "RQTH" est utile voire indispensable pour accéder à certains droits. Il est donc préférable de la demander auprès de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées).
>> Cliquer ici pour trouver la MDPH de votre département  
 
La MDPH, en fonction de votre situation et de votre demande peut également vous orienter vers des formations, des emplois en milieu protégé, vers des associations qui peuvent vous aider dans le département où vous habitez, et vers des dispositifs d'emploi accompagné (cf infra). 

Cette RQTH sera également nécessaire à votre employeur pour lui permettre de  bénéficier des dispositions favorisant l’emploi des personnes handicapées.
Même si vous êtes titulaire de cette RQTH,  vous n'êtes aucunement obligé de l'utiliser et de le faire savoir à votre employeur ou futur employeur. Par ailleurs, si vous le mentionnez, en aucun cas, celui-ci ne peut avoir accès aux informations du dossier de la MDPH sur la nature de votre handicap.  


Pour une recherche d’emploi en milieu ordinaire, s’inscrire comme demandeur d’emploi

Vous pouvez vous inscrire à Pôle Emploi ou à Cap Emploi (si vous avez la RQTH), ou, si vous avez moins de 25 ans, auprès de la Mission locale.
Le statut de demandeur d’emploi permet d’accéder à des offres d’emploi, des formations ou à des « prestations d’appuis spécifiques » financées par l'Agefiph (cf infra).

En dehors de Pôle Emploi ou Cap Emploi, il existe par ailleurs d’autres sites recensant des offres d'emploi ouvertes à des personnes en situation de handicap :
 
Notamment les sites suivants :
HANPLOI 
L'AGEFIPH 
HANDICAP.FR 
Ainsi que le portail HANDIPOLE

A noter que le gouvernement vient d’annoncer une stratégie pour l’emploi des personnes en situation de handicap : dès janvier 2020, un site national d’information et d’orientation sera accessible avec un 1er volet emploi-formation. Il est également prévu la fusion de Pôle Emploi et de Cap Emploi. 

Les dispositifs spécifiques

Les dispositifs d'aide à l'emploi destinées aux personnes souffrant de schizophrénie sont traditionnellement sur le modèle des emplois en milieu protégé réservés aux personnes handicapées.
Un recueil des bonnes pratiques pour l’accès à l’emploi a ainsi été édité par l'UNAFAM en 2016 : Il fait le point sur un certain nombre des dispositifs d’insertion et de maintien dans l’emploi dont la majorité sont en milieu protégé.
Toutefois certains peuvent constituer une transition vers le milieu ordinaire, tels les "ESAT hors les murs" et les "entreprises adaptées". 


Pour l'insertion en milieu ordinaire, il existe maintenant des outils novateurs, spécialement conçus pour les personnes atteintes de troubles psychiques comme la schizophrénie.

♦ Préalablement ou en parallèle à la recherche d'emploi, il peut être très utile de bénéficier, dans le cadre de la prise en charge psychiatrique, de bilans et de soins de réhabilitation psychosociale, par exemple, des programmes de rémédiation cognitive ou sociale.
Pour en savoir plus, lire nos articles sur la remédiation et sur la réhabiliation psychosociale.

♦ Trois principaux dispositifs - non exclusifs les uns des autres - sont particulièrement intéressants :

Les « Prestations d’Appuis Spécifiques handicap psychique » 

Il s’agit de bilans, et d’ateliers, formation ou entretiens destinés notamment à appuyer l'évaluation et le diagnostic des capacités, l’élaboration ou la validation du projet professionnel. Ces prestations permettent notamment aux candidats de se remobiliser, de reprendre confiance en eux, de rechercher un emploi en ligne avec leurs souhaits et capacités, de se préparer à des entretiens....

Pour en bénéficier, il faut être orienté par Cap Emploi, Pôle Emploi, Mission Locale, par les employeurs publics (conventionnés avec le FIPHFP), des CARSAT (Caisse d'Assurance Retraite et de la Santé au Travail) ou encore les Centres de réadaptation professionnelle.

>> Pour en savoir plus sur ce type d'accompegnement, voir par exemple à Paris : 
Le Club Arhim  
Le Centre Alexandre Dumas

Les Clubhouses

Depuis 2011, l’association Clubhouse France porte sur le territoire français une innovation sociale née aux Etats-Unis en 1948, consistant à animer des lieux d’accueil et d’activités pour les personnes fragilisées par un trouble psychique.  Grâce à des partenariats avec des entreprises et acteurs publics, le Clubhouse est différent d'un Groupe d'entraide mutuelle classique, avec une vocation particulière à soutenir ses membres dans la recherche ou la reprise d’un emploi.
Il existe actuellement trois Clubhouses à Bordeaux, à Lyon et à Paris.
>> Voir notre article consacré aux Clubhouses 

Le "Job coaching" ou "emploi accompagné"

Il s'agit d'un dispositif très récent. D’abord expérimental, le job coaching a reçu un fondement juridique avec la loi Travail d’août 2016, puis le décret d’application du 26 décembre 2016 l’a rendu effectif sur le territoire depuis le 1er janvier 2017.
Le job coaching ou emploi accompagné s’appuie sur le modèle anglosaxon IPS (Individual Placement Support), programme « d’insertion dans l’emploi et de soutien individualisé » qui s’est imposé comme modèle de référence pour le champ de la santé mentale. Son objectif vise une insertion directe en milieu ordinaire de travail. De la recherche d’emploi au maintien dans celui-ci, la personne est accompagnée par un intervenant unique, le job coach.

Selon des évaluations réalisées à l’étranger, le job coaching permettrait deux fois plus d’entrée dans l’emploi, trois fois moins d’abandon de parcours, 30 % en moins de rechute.

Quelle différence avec les prestations classiques d'aide à l'emploi ?
Plutôt que d'axer sur la préparation à la recherche d'emploi, cette démarche repose sur la stratégie du « place and train », insérer dans un emploi d’abord puis former et soutenir ensuite dans le cadre de l’activité de travail sans limite dans le temps. Dans cette vidéo de 2 mn, Bernard Pachoud explique le caractère innovant du jobcoaching.
 

Comment bénéficier d’un job coaching ?
Vous pouvez demander à être orienté vers un job coaching par votre MDPH si vous êtes titulaire de la RQTH.
Vous pouvez également vous renseigner auprès des organismes conventionnés d’emploi accompagné. 

MESSIDOR est la principale association développant le jobcoaching en France
Cliquer pour connaître les contacts de Messidor sur le territoire    

Autres adresses  
A Paris,  Le Centre Alexandre Dumas propose également du job coaching
A Marseille, WORKING FIRST, Chez Make It Marseille, 108, rue Breteuil 13006 Marseille +33 (0) 7 50 58 85 26 
Dans d'autres régions : L’ADAPT


Liens utiles  shizo oui  schizo jeuns schizo espoir solidarite rehabilitation JDS lilot