Restez informé de notre actualité >>
captcha 
Collectif Schizophrénies
Nous contactericon mail

Actions militantes

Changer la façon de décrire la schizophrénie ? 

Le lancement d'une réflexion nationale sur le vocabulaire de la schizophrénie provient du croisement de plusieurs réflexions concommitantes : celle du Collectif Schizophrénies, celle du Centre Collaborateur de l'OMS en France (CCOMS) qui s'ajoutent à celles d'autres acteurs, usagers (dont certains comme REV refusent le diagnostic de schizophrénie) et psychiatres, qui sont de longue date partagés sur l'intérêt de donner ce diagnostic. Nous pensons que la conception, le nom et les critères de la schizophrénie doivent être réfléchis aujourd'hui collectivement pour que la maladie soit mieux compréhensible et acceptable par tous.

Courant 2018, le Collectif Schizophrénies a commencé à envisager une action en faveur d'un changement de nom de la schizophrénie

De façon historique et jusqu’à maintenant, les différentes associations ont pris le parti d’afficher le mot dans leur nom et de revendiquer son utilisation : Schizo Oui, Schizo Espoir, Schizo Jeunes... et Collectif Schizophrénies.
En effet : 
À partir du moment où le terme correspond aux classifications diagnostiques existantes, ne pas nommer la pathologie reviendrait à maintenir un flou sur sa réalité et à occulter les caractéristiques spécifiques de ces troubles en les noyant dans des appellations relativement confuses comme maladie psychique. 

Plus fondamentalement, les associations ont considéré jusqu'à maintenant que ne pas nommer la maladie contribuait à la stigmatisation des patients, en accréditant l’idée que la schizophrénie est un mal tellement honteux et terrible qu’il en est innommable. Il nous paraissait donc difficile de se passer du mot qui sert de référence.

Cependant, plusieurs facteurs nous amènent aujourd'hui à considérer les choses de façon différente 

Le premier est la publication de plusieurs études scientifiques, articles et ouvrages récents interrogeant la pertinence du concept de schizophrénie. C’est dans cette perspective que déjà, le collectif Schizophrénies avaient décidé d’écrire le mot au pluriel, pour marquer les limites d’un terme dont on sait aujourd’hui qu’il recouvre des expériences et des symptômes très variables, et très probablement des troubles de nature distincte.

Le second est le sentiment de ne pas avancer vraiment dans la lutte contre la stigmatisation malgré tous les efforts menés depuis des décennies pour informer et donner une image plus juste de la maladie.

Notre étude lexicologique sur la représentation de la schizophrénie dans la presse a montré qu’un des ressorts de la stigmatisation provenait de la confusion avec la double personnalité (validée dans l’usage courant) et de son association à la manipulation et à la dangerosité. Or entendre ou lire l’emploi du mot schizophrène dans ce sens de « double » déborde le cadre de la presse et s’observe continuellement et partout, dans le monde politique, sur les réseaux sociaux et jusque dans les cours de récréation.

Lutter contre cet usage courant semble vain et le Collectif Schizophrénies se demande donc si le succès très important du terme dans son sens métaphorique n'est pas devenu un obstacle irrémédiable à la compréhension des troubles et de ceux qui en souffrent.

A l'occasion de la révision de sa classification diagnostique (CIM11), l'OMS a réalisé une étude sur la schizophrénie dont les résultats vont dans le sens d'une redéfinition du terme. 

Des personnes ayant eu un disgnostic de schizophrénie et des membres de leur entourage de 15 pays très différents en termes de culture et de système de soins (Algérie, Canada, Espagne, France, Grèce, Hongrie, Inde, Italie, Liban, Lituanie, Madagascar, Maroc, Mauritanie, Mexique, Royaume Uni) ont été interrogés sur les critères diagnostiques de la schizophrénie.

Les résultats montrent l'ampleur des difficultés posées par les termes utilisés : 

Seuls 1/10e des malades utilisent le terme de schizophrénie pour parler de leur maladie à leur entourage. Le terme schizophrénie est stigmatisant en soi et n’est pas utilisé par les personnes et les familles, qui sont obligées de recourir à des circonvolutions pour présenter la maladie comme "difficultés", "fatigabilité" etc.

Le mot schizophrénie comme les mots utilisés pour énoncer les critères ( « comportement grossièrement désorganisé », « états délirants persistants », « troubles psychomoteurs ».. ) ne facilitent pas, au contraire, la relation thérapeutique entre professionnels et patients. Les mots ne sont globalement pas compris, pas acceptés car perçus négativement comme un jugement de valeur.

♦ Les patients et leurs familles
disent exactement la même chose.  

L’incompréhension des termes n’est pas un déni : les troubles sont bien identifiés mais les mots utilisés ne correspondent pas à l’expérience vécue.

Ces conclusions incitent à reformuler le diagnostic et à changer de paradigme, avec des termes plus neutres, plus acceptables, plus compréhensibles. Par comparaison, la même étude menée pour la dépression a donné des résultats très différents : les mots pour décrire les troubles (même négatifs) sont considérés au contraire ici comme adéquats par les personnes concernées.

L'idée d'un changement fait actuellement son chemin dans l'univers de la santé mentale

La Fondation Deniker vient de publier en mars 2019 une étude sur les usages du terme schizophrénie sur les réseaux sociaux, qui rejoint nos conclusions.  
« Les réseaux sociaux, dès que l’on sort du champ expert, celui des patients et des soignants, confirment la grande confusion sémantique qui règne autour de la schizophrénie. Le terme est malheureusement utilisé bien souvent, particulièrement dans le champ du politique, pour stigmatiser voire insulter. »
>> En savoir plus sur cette étude : https://www.fondationpierredeniker.org/etude-schizo
 
Le débat a déjà fait l'objet de plusieurs relais dans les médias, comme par exemple dans Nice Matin

A suivre...


Liens utiles  shizo oui  schizo jeuns schizo espoir solidarite rehabilitation JDS lilot