Restez informé de notre actualité >>
captcha 
Collectif Schizophrénies
Nous contactericon mail

Témoignage de Jules


visuel tmoignage

Schizophrénie et COVID : Jules nous raconte comment le confinement et la panique qu'il a entraînée chez lui l'ont conduit à décompenser et à passer des semaines "complètement à côté de la plaque". 

Où en étais-tu avant le Covid ? 

J’ai 31 ans, j'ai été diagnostiqué d’un trouble schizo-affectif depuis peu, après des années d’errances diagnostiques.
Ma schizophrénie est majoritairement constituée de symptômes négatifs.
J’ai fait un gros épisode psychotique en 2017 mais rien de semblable depuis.


Venons-en au confinement, comment l'as-tu vécu ? 

À l’annonce du confinement, pris de panique, j’ai quitté le domicile que j’occupais avec mon ex-compagne et ses deux enfants pour me réfugier chez mes parents.
J’ai vécu deux mois d’enfer. J’ai dû sortir deux fois sur cette période, non pas que j’étais anxieux face au virus (j’ai même cru à un complot), mais parce que je me suis replié comme jamais.
Je n’ai rien suivi de l’actualité pendant deux mois, je passais mon temps à errer dans la maison ou restais dans mon lit.
J’étais complètement coupé de la réalité. Je ne croyais qu’à moitié à cette histoire de virus que je voyais parfois comme une sorte de « test ».
Je n’ai vu personne, j’ai évité toutes les situations sociales et, en conséquence de cela, j’ai décompensé et me suis retrouvé à nouveau dans ces pensées qui m’étaient étrangères.


Et ta famille, comment vivait-elle cet épisode ? 

Ma famille prenait très au sérieux les recommandations sur les gestes barrières et moi je ne les respectais pas. Complètement à côté de la plaque !


Quand et comment as-tu pu reprendre le dessus ? 

Je n’ai commencé à reprendre mes esprits que quand mon ex-compagne, infirmière en EHPAD, m’a demandé de revenir à la maison car elle n’arrivait plus à gérer son activité professionnelle et la scolarité de ses enfants à la maison.
À ce moment, j’ai commencé à remonter la pente, et nous avons réintroduit un traitement antipsychotique pour sécuriser le truc.

Voilà mon expérience de confinement, deux mois totalement coupé du monde y compris de ma famille.

Merci de m’avoir lu.

Liens utiles  shizo oui  schizo jeuns schizo espoir solidarite rehabilitation JDS lilot