Restez informé de notre actualité >>
captcha 
Collectif Schizophrénies
Nous contactericon mail

Bienvenue dans cet espace dédié aux proches des personnes concernées

Il est important de bénéficier d'un soutien pour vous-mêmes.


La schizophrénie est une maladie éprouvante aussi pour l’entourage, à la fois parce qu'elle est très stigmatisée et qu'il est difficile d'en parler, et parce qu'elle peut au quotidien être une grande source de stress, de sentiments d’incompréhension, d’impuissance et de culpabilité. 

>> Consulter la page Aides et entraides pour les proches

A partir du moment où l'un de ses proches est atteint d'une schizophrénie, la meilleure chose à faire pour l'accompagner est d'acquérir soi-même des "compétences d'aidant", en s'informant et en se formant sur la maladie. 

"Etre proche est un métier", est le titre d'une vidéo réalisée par L'ilot, association suisse membre du Collectif Schizophrénies 
https://www.youtube.com/watch?v=FdbKLloa7XA

En France, peu de formations sont proposées aux proches   
L’inscription à une formation Profamille est la meilleure solution si elle est disponible dans votre région: il s'agit d'un programme de formation  à la maladie et à sa prise en charge, destiné aux proches et dispensée par des animateurs professionnels (14 séances). 
>> voir la rubrique psychoéducation des proches

L'association Promesses organise des formations complémentaires destinées aux personnes qui ont déjà suivi le programme Profamille : par exemple la formation Oméga, pour gérer des situations de crise et d'aggressivité,  et la formation à l'entretien motivationnel, pour comprendre et lever des situations de blocage. 
>> Consulter le site de Promesses


Pour s'informer  
D'un point de vue général, l'inscription à la newsletter du Psycom : http://www.psycom.org/newsletter/subscribe, offre la possibilité d'être informé de toute l'actualité concernant la santé mentale.  

Vous pouvez également naviguer sur ce site et consulter notamment les pages suivantes :  
>> la schizophrénie qu’est ce que c‘est ?
>> les premiers signes
>> les prises en charge

Pour une information plus précise concernant votre proche, n'hésitez pas à vous adresser à l'équipe ou au psychiatre qui le suit.
A toutes fins utiles, rappelons que le Décret n° 2017-1200 du 27 juillet 2017 relatif au projet territorial de santé mentale  prévoit dans son Art. R. 3224-9.-I. que les soins aux personnes présentant des troubles psychiques doivent être organisés de manière à "promouvoir l'implication de ces personnes, de leurs proches et leurs familles dans l'élaboration et la mise en œuvre du projet de soins et d'accompagnement social ou médico-social, notamment en ce qui concerne l'éducation thérapeutique, le soutien aux aidants et les modalités d'entraide par les pairs,..".
 

Votre fils, votre fille, votre ami, conjoint, frère ou sœur vous inquiète. Son comportement a changé, est incompréhensible, il dit des choses étranges, il exprime ou montre une souffrance ou une angoisse anormales.
Si ces difficultés sont nouvelles, et qu'il ou elle n'a jamais connu de tels épisodes auparavant, il peut s‘agir d’un début de schizophrénie, qui est une maladie relativement fréquente (plus de 8000 nouveaux cas par an) et extrêmement hétérogène. S'il y a déjà eu un diagnostic ou un suivi par un psychiatre, il peut s'agir d'une rechute.


Dans tous les cas, n’attendez pas ! 
Qu'il s’agisse d’un début de troubles schizophréniques ou des premiers signes de rechute, non seulement cela ne passera pas tout seul, mais ne rien faire risque au contraire de laisser la maladie progresser et s’installer, et de rendre les possibilités de récupération plus longues et plus difficiles par la suite.
Plus la prise en charge est précoce, meilleur est le pronostic d'évolution. 

Au cas où la personne est délirante, sachez que vous ne pourrez pas la raisonner
Vouloir la convaincre qu’elle délire, crier, menacer ou se montrer cassant ou ironique, est de nature à aggraver son stress et ses troubles et à dégrader la relation et la communication avec elle.
Une des caractéristiques de la schizophrénie est la difficulté à se percevoir comme malade. C’est un symptôme de la maladie.
Montrez-lui votre empathie et votre préoccupation par rapport à sa souffrance sans chercher à argumenter. Sachez que mieux vous communiquerez, plus vous arriverez à l'amener aux soins et apaiser ses souffrances.

>> consulter la page : Que faire en cas de crise ?

Bienvenue sur cette page destinée aux proches

Vous avez dans votre entourage immédiat une personne souffrant ou susceptible de souffrir de troubles schizophréniques. 
Le plus souvent, les proches sont en première ligne les parents, et la plupart des contenus actuellement sur ce site s’adressent prioritairement à eux.
Mais d’autres proches, les frères et sœurs, les conjoints, les enfants de malades sont aussi extrêmement impactés et nous développerons dans les mois qui viennent des rubriques pour répondre également à leurs besoins spécifiques.

Vous êtes ici pour chercher des réponses aux besoins suivants : 

Agir en situation d'urgence  Se former, s'informer  Recevoir du soutien
Liens utiles  shizo oui  schizo jeuns schizo espoir solidarite rehabilitation JDS lilot